Amaro Freitas

Origine : Brésil

La scène brésilienne compte une nouvelle étoile montante : Amaro Freitas. Il fusionne un jazz à la Thelonious Monk avec ses propres racines musicales, les styles régionaux de maracatu afro-brésilien ou les sons de carnaval du frevo et du baião.

http://

Line-up

Amaro Freitas - Piano / Hugo Medeiros - Drums and Percussion / Jean Elton - Double Bass

Actualités

nouvel album en 2023

Amaro Freitas

À propos

La scène jazz brésilienne compte une nouvelle étoile montante : Amaro Freitas, originaire du creuset culturel de Recife. Amaro fusionne un jazz à la Thelonious Monk avec ses propres racines musicales, telles que les styles régionaux de maracatu afro-brésilien ou les sons de carnaval du frevo et du baião. Il explore les histoires oubliées, les philosophies anciennes et les figures inspirantes du Brésil noir. Expérimental et prêt à remettre en question les structures traditionnelles du jazz, Amaro Freitas a un son qui vous fera découvrir le piano d'une nouvelle manière. S’aventurant bien au-delà des sonorités bossa, ses explorations polyrythmiques puisent autant dans le maracatu, le frevo, le funk ou dans le jeu des grands pianistes de jazz.

Des bidonvilles de Recife, dans le nord-est du Brésil, à l’icône internationale du jazz, Amaro Freitas a travaillé sans relâche pour devenir l’artiste qu’il est aujourd’hui. Attirant l’attention internationale pour « une approche du clavier si unique qu’elle en est surprenante » (Downbeat), ses premier et deuxième albums Sangue Negro (2016) et Rasif (2018) sont arrivés sur une vague d’acclamations instantanées. Son album Sankofa – une quête spirituelle dans les histoires oubliées, les philosophies anciennes et les figures inspirantes du Brésil noir – est son œuvre la plus étonnante et la plus sincère à ce jour.

Nouvel album Y’Y à paraître en mars 2024

Ce qui motive Amaro Freitas dans la vie, c'est l'expérience. En 2020, le pianiste, originaire de la ville côtière de Recife, au nord-est du Brésil, a été attiré par Manaus, située dans le bassin amazonien, à quelque 4 600 kilomètres à l'ouest. Son expérience dans cette nature luxuriante l'a conduit dans un nouveau domaine de création musicale.

Selon Freitas, dans l'album qui en résulte, Y'Y, il rend "hommage à la forêt, en particulier à la forêt amazonienne, et aux rivières du nord du Brésil : un appel à vivre, à ressentir, à respecter et à prendre soin de la nature, en la reconnaissant comme notre ancêtre".

Sankofa

Le nom de l'album renvoie ainsi à un symbole adinkra représentant un oiseau, nommé Sankofa, dont la tête est tournée vers l'arrière, qui était utilisé par les Akans du Ghana et de Côte d'Ivoire. Amaro explique : « Le symbole de l'oiseau mystique, qui vole la tête en arrière, nous enseigne la possibilité de revenir à nos racines, afin de réaliser notre potentiel pour aller de l'avant. Avec cet album, je veux apporter une mémoire de ce que nous sommes et rendre hommage aux quartiers, aux noms, aux personnages, aux lieux, aux mots et aux symboles qui viennent de nos ancêtres. Je veux célébrer d'où nous venons. » Signe du destin ou simple coïncidence, Amaro découvre ce symbole lors d'une foire africaine à Harlem, quartier de New York dans lequel de grands pianistes de jazz ont vécu, comme Thelonious Monk ou Art Tatum qui ont été d'immenses sources d'inspiration pour l'artiste brésilien.

Ainsi, aux côtés du bassiste Jean Elton et du batteur Hugo Medeiros, avec lesquels il forme l'Amaro Freitas Trio, le pianiste invite les rythmes de ses ancêtres à rejaillir dans son jazz. Dans « Baquaqua », il nous conte en musique l'histoire de Mahommah Gardo Baquaqua, un esclave d'Afrique de l'Ouest qui, après avoir appris à lire et à écrire, réussit à s'enfuir de New York en 1847. « Vila Bela » est dédié à Tereza de Benguela qui régna, au XVIIIème siècle, sur un quilombo (village marron) où se réfugièrent, près de la frontière bolivienne actuelle, communautés noires et autochtones résistant à l'esclavage.

Le pianiste prône également la préservation de l'environnement avec « Cazumbá », symbolisant l'interdépendance de l'ensemble des êtres vivants. Très animé, ce morceau nous transporte vers une rivière de la forêt tropicale, embellie par des chants d'oiseaux. Amaro se réjouit également de toutes ces luttes avec « Ayeye », signifiant « célébration » en yoruba. Il rend aussi hommage à celui qu'il considère comme une légende vivante dans « Nascimento », en référence au guitariste brésilien Milton Nascimento, avec lequel Amaro avait collaboré sur l'EP Existe Amor : « Ce fut une expérience inoubliable. Milton, c'est l'amour, la légèreté, l'art et la mémoire. »

The Pan African Music Magazine

Liens externes :

Website Facebook Instagram Youtube Spotify

Médiathèque

Concerts

Amaro Freitas
Date Concert Lieu
02 avr. Amaro Freitas / Banlieues Bleues / la Dynamo Pantin (93) Banlieues Bleues / la Dynamo
03 avr. Amaro Freitas / Pannonica {21:00-23:00} Nantes (44) Pannonica