Laura Prince

Origine : France / Togo

Actualités

nouveau projet Adjoko

Laura Prince

À propos

L’ univers de Laura Prince ? L’authenticité et la sincérité

Auteure, compositrice, interprète, elle désire rester en harmonie avec elle-même et le monde qui l’entoure. Elle défend une musique épurée qui parle de ses peurs d’enfance, de la mixité de ses racines, de ses chagrins d’amour.

Elle a un parcours atypique, de ceux qui inspirent.

Fille du TOGO et de la France, elle est bercée par les musiques du monde depuis toujours : la salsa cubaine de Celia Cruz, l’afrobeat de Fela Kuti et le Makossa de Manu Dibango , mais aussi par l’émotion de Piaf et Barbara, le cri de Brel et le swing d’Aznavour…

Grâce à son père, elle est influencée par la musique de Mozart et de Bach, elle se fait l’oreille de manière intuitive, tout en chantant et en jouant ses premières compositions sur un petit piano offert par sa mère.

Vers 13 ans, elle apprend à lire la musique et à maîtriser l’harmonie pour s’accompagner au piano. 

Elle compose et joue piano/voix ses premiers morceaux : “A young heart with an old soul”.

Elle s’enthousiasme pour cette époque de revendication des droits civiques, celle de la naissance du blues et du jazz, celle où l’on chante avec son âme et qui a vu naître ses artistes préférés, Sarah Vaughan, Dinah Washington, Ray Charles, Etta James …

Elle prend alors des cours de danse, jazz, hip hop/house et salsa, dessine, et s’intéresse au cinéma.

Autant d’influences artistiques qui l’inspirent pour créer sa propre musique.

Après son bac, toujours curieuse de ses origines, elle étudie l’ethnomusicologie à l’université de ParisX. À 19 ans, elle travaille sa voix et suit des cours de chant gospel au studio Bleu de Paris. En même temps, elle devient chef de pupitre (alto), et prend des cours de piano avec Philippe Baden Powell.

Malgré des épreuves personnelles, les déménagements, et les petits boulots. Laura continue à vivre sa passion pour la musique. Elle voyage des Amériques en Asie, d’Europe en Afrique, et en particulier au Togo, son pays natal, d’où elle revient grandie et inspirée.

Elle a définitivement choisi la musique, celle qui guérit, réconforte, libère.

En 2021, elle réalise son album « Peace of mine » avec Grégory Privat au piano, Tilo Bertholo à la batterie, Zacharie Abraham à la contrebasse et Inor Sotolongo aux percussions.

A travers cet album, elle vient partager avec nous sa paix intérieure venue avec le temps, celle de la petite Laura qui se cachait pour échapper aux orages et qui tendait déjà l’oreille aux sonorités des vents d’Afrique et de Navarre.

“Révélation Jazz” d’après Jazz Magazine en 2021, elle se produit aujourd’hui dans les grands festivals de jazz de France , Marciac, Jazz à Sète, Jazz à Vienne, Saint Jean Cap Ferrat , Monte Carlo Jazz Festival, ainsi qu’ Europe et en Afrique.

Liens externes :

Website Facebook

Projets associés

Line-up : Laura Prince - vocal, Grégory Privat – piano, Tilo Bertholo – batterie, Zacharie Abraham - contrebasse, Inor Sotolongo - percussions

Auteure, compositrice et chanteuse aux multiples influences, Laura Prince est la révélation jazz vocal de l’année 2021. Entourée du pianiste et arrangeur Grégory Privat, elle convoque tout son héritage musical personnel aux sonorités des vents d’Afrique et de Navarre dans son premier album Peace of mine. Piano jazz, mélodies soul et sections rythmiques afro-latines se mêlent à la voix grave et envoûtante, profonde et sensuelle, de la jeune chanteuse franco-togolaise.

Découvrir Peace of Mine

Line-up : Laura Prince (chant) - Carl Henri Morisset (piano) - Abdoulaye Kouyaté (guitare) - Armel Goa Bi (basse) - Yaroldy Abreu Robles (percussions) - Agata Johnson (choeurs)

Née d'un père Togolais et d'une mère française, Laura baigne dès l'enfance dans un univers aux milles couleurs du métissage, aux milles sonorités mêlées de musique classique et de musiques africaines, grâce à ses parents mélomanes.
Après un premier album "Peace of Mine" très remarqué pour lequel elle a été désignée "la révélation jazz vocal de l’année 2021" par Jazz Magazine, Laura est partie dans une toute autre direction pour ce nouveau projet dont le sous titre est "Marche doucement sur cette Terre, elle est sacrée".

Cette terre qu'elle mentionne c’est celle de ses ancêtres.

Ancrée dans mon coeur,
Elle a une voix, Celle des tambours, des chants et des danses,
Et je l’entends qui m’appelle.
À Paris, loin de la chaleur du Togo et de la terre ocre de ses vons.
Épuisée par le microbe et les confinements à répétition.
Prisonnière au sein d’une société, déshumanisée, et révoltée,
L’appel de ma terre sacrée s’est fait de plus en plus puissant,
Me pressant de la fouler à nouveau,
Je sais alors ce que je veux…
Approfondir,
Dévoiler une autre partie de moi-même, exprimer mes émotions,
Les mettre en musique et les chanter…
L’envie aussi de me laisser porter par cette vague apaisante venue de loin, par l’histoire poignante de mon peuple
qui mérite d’être reconnue du monde entier.
L’histoire de Ouidah et d’Agbodrafo qui ont vu des centaines de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants arrachés à leur terre, humiliés, oppressés et rejetés dans le néant..
Oui,Je me dois aujourd’hui de chanter en leur mémoire…

 

Découvrir Adjoko

Médiathèque